Kate Bush en concert : chronique d’un retour inespéré (1/2)

Kate Bush Before the Dawn - Live at the Hammersmith Apollo

27 août 2014, Hammersmith Apollo, Londres. 19h 30.

Le concert va commencer. Dans quelques minutes, Kate Bush sera sur cette scène, à quelques mètres de moi. Cette interminable attente prendra fin. Je retiens mon souffle. Il faudrait que je me pince, pour être certain que ce n’est pas un rêve ou le fruit de mon imagination.

Une annonce inespérée

Tout commence un jour de mars 2014. L’incroyable nouvelle circule sur Facebook : Kate Bush vient d’annoncer une série de concerts à Londres. Ca ne peut être qu’un canular, c’est ce que je pense au début. Mais très vite la nouvelle est confirmée sur le site officiel et fait la une des sites de news anglais (et même de quelques médias français).

Kate Bush annonce Before The Dawn

Je suis fan depuis la fin des années 80 et ça fait si longtemps que j’avais fait une croix sur l’espoir de la voir en concert. La chanteuse avait disparu des écrans radars dans les années 90, continuant à faire de la musique, à son rythme, mais loin des médias. Sa première et unique tournée remonte à 1979. 35 ans !

Un précieux ticket

Le choc de l’annonce est passé. Je veux assister à l’événement. Hors de question de laisser passer l’occasion qui ne se reproduira peut-être pas. Mais obtenir un ticket n’est pas loin d’être mission impossible. Au vu des premières réactions, il n’y en aura pas pour tout le monde.

Dans ma boîte mail, je reçois un mail du site officiel katebush.com. Il contient un code unique donnant accès à une prévente online, réservée aux membres du site, deux jours avant la vente officielle des billets. Je n’ai jamais été aussi content de m’être inscrit à une newsletter.

Le jour prévu, à l’heure dite, carte de crédit sous la main, je me connecte au site. Je rentre fébrilement le code fourni, choisis une date et une catégorie de prix, obtiens une place. Le compte à rebours est stressant. Je n’ai que quelques minutes pour finaliser la transaction. Tout se passe bien jusqu’au payement .La communication avec la banque est foireuse et le décompte s’achève avant que l’autorisation bancaire soit accordée. Il faut tout recommencer à zéro, en espérant que cette fois la banque soit plus réactive. Mais ce deuxième essai est le bon. Quelques secondes plus tard, je reçois la confirmation de ma réservation par email. Ouf ! Je suis ruiné, mais j’ai une place dans le parterre pour le 27 août, le lendemain de la première.

J’ai eu de la chance. Sur le forum de fans que je fréquente, je constate que tout le monde n’a pas eu de billet. Les tickets réservés aux fans sont partis en quelques minutes. Très vite, suite au succès de la prévente, des dates supplémentaires sont annoncées, mais ça ne suffira pas pour contenter tout le monde. Tous les billets seront vendus en 15 minutes ! Un record ! Malgré les précautions prises en amont par les promoteurs, des billets se négocient pour des fortunes au marché noir.

J’ai donc mon précieux billet (du moins ma confirmation de commande, puisque le véritable billet n’arrivera que bien plus tard, deux ou trois semaines avant le concert). Il ne me reste plus qu’à planifier mon voyage, réserver le train et l’hôtel, et attendre.

Kate Bush Before The Dawn, détail du ticket

Détail du billet de « Before The Dawn »

 

Une interminable attente

Il ne reste plus qu’à attendre. Six longs mois à patienter. J’ai acheté un chat dans un sac. Je ne sais absolument de quoi ce concert sera fait. La seule certitude, c’est que « The Ninth Wave« , l’extraordinaire face conceptuelle de l’album « Hounds of Love » sera au coeur du show. Une info suggérée par la photo qui annonce le concert, puis confirmée par Kate Bush et son management.

Au fil des semaines, très peu d’infos filtrent sur le concert. Quelques rumeurs, beaucoup de spéculations. Les noms des musiciens sont révélés peu à peu. Tous des pointures. Mais sur le côté visuel, si peu d’informations. Connaissant l’artiste, et d’après les quelques rumeurs et indices glanés ici et là, je m’attends à un show très théâtral.

Quand je partage mon enthousiasme autour de moi, je suis amusé par les différentes réactions. « Ah, elle chante toujours ? » « Kate qui ? » Mais à mesure que le concert se rapproche, les médias se réveillent, surtout en Angleterre. Articles rétrospectifs ou spéculatifs dans les journaux, nouveau documentaire sur la BBC, elle est partout. Kate Bush est de nouveau dans le vent. C’est fou comme ce retour sur scène enflamme les imaginations et les enthousiasmes, bien plus encore que la sortie d’un nouvel album.

London Calling

Enfin c’est le départ pour Londres, le 25 août, la veille de la première. Après avoir attendu si longtemps, j’essaye de résister à la tentation de me connecter sur internet pour glaner des informations et de conserver la surprise. Le 27 au matin, Kate Bush est à la une des principaux tabloïds. Les critiques ont l’air plutôt bonnes, mais je ne veux pas ouvrir les journaux pour les lire. J’achète juste le Times, pour lire leur critique après le concert.

Kate Bush Before The Dawn - Hammersmith Apollo

Devant l’Hammersmith Apollo

Comme conseillé par Eventim, qui gère l’Apollo, j’arrive « early », bien en avance, pour éviter les queues. Je suis là 45 minutes avant le début du spectacle, et il n’y a pas de files. Il faut montrer son billet et sa carte d’identité pour rentrer. Sur la devanture du théâtre : « The KT fellowship presents Before the Dawn ». Le nom de Kate Bush n’apparaît nulle part. L’extérieur de l’Apollo n’a rien de particulièrement remarquable. L’intérieur art déco, qui vient d’être rénové, a beaucoup plus de charme. Le programme du concert, en vente dans le hall, a l’air épais et luxueux. J’en achète un exemplaire et rentre dans la salle.

Kate Bush Before The Dawn - dans la salle de l'Hammersmith Apollo

La salle de l’Hammersmith Apollo est petite et très belle. Cet ancien cinéma reconverti en salle de spectacle, autrefois appelée Hammersmith Odeon, a vu défiler les plus grandes stars du rock, des Beatles à Bruce Springsteen, en passant par Bowie et… Kate Bush, qui y acheva sa première tournée en 1979.

Kate Bush - Hammersmith Apollo - détail art déco

Un détail art déco de la salle.

Je suis au parterre, au 11e rang, centré, parfaitement bien placé. La scène est remplie par les instruments des musiciens. Les sièges se remplissent peu à peu. Le concert peut commencer.

Kate Bush Before The Dawn - la scène juste avant le concert

Les instruments n’attendent plus que la star et son band.

A suivre : ma critique du concert

11 réflexions au sujet de « Kate Bush en concert : chronique d’un retour inespéré (1/2) »

  1. fjva

    Veinard🙂 Il me semblait bien qu’elle ne faisait pas de tournée effectivement.
    Et les « Ah bon, elle / ils / il chante encore? », on entend ça pour tous les artistes qui sortent des 10 artistes « dont on parle » dans les médias… Cad à peu près tous! Bien dommage.

    Répondre
    1. Gilderic Auteur de l’article

      Veinard en effet !🙂
      Le concert est impossible à emmener en tournée, à mon avis. Le décor et la mise en scène ont été conçus en sur mesure pour cette salle.
      Bien dommage en effet que ce soit toujours des mêmes dont les médias parlent. Heureusement qu’il y a les fans pour entretenir la flamme😉

      Répondre
  2. Ping : J’ai vu Kate Bush live : chronique d’un retour inespéré (2/2) | Imagier

  3. Ping : Un peu de plage avant la rentrée… | Imagier

  4. Ping : Chez Madame Tussaud | Imagier

  5. Ping : David Lynch revient à Twin Peaks | Imagier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s