Comment photographier la ville ? Episode 2 : Cityscapes

Comment photographier la ville - épisode 2 : Cityscapes« Comment photographier la ville?« , c’est le genre de question qui mérite une réponse approfondie et détaillée. Donc, après un premier épisode consacré au choix de l’appareil photo, voici le deuxième volet de ce qui s’annonce comme mon feuilleton de l’été. Ce deuxième épisode est consacré aux cityscapes.

Cityscape. Le genre de mot-valise anglo-saxon sans réel équivalent en français. La traduction qu’en donne Wikipédia, c’est paysage urbain. C’est un peu moins poétique qu’en anglais, mais on comprend bien de quoi il retourne. Les cityscapes sont donc des images (photos, dessins,…) qui appréhendent la ville comme un paysage.

Voici quelques conseils et exemples pour réussir vos cityscapes.

Une question de point de vue

Panorama de Paris (Tour Eiffel depuis les Galeries Lafayette) - Photo : Gilderic

La tour Eiffel à Paris est à la fois un excellent point de vue et un beau sujet photo.

« Un bon point de vue, c’est un bon dessin !« , dit toujours mon prof de dessin. C’est aussi évidemment valable pour la photo. Un cityscape réussi dépend d’abord du point de vue choisi.

Le photographe urbain aime les tours, les clochers, les beffrois ou les collines. Tant pis pour le vertige et éventuellement les marches à grimper.

Une mer de toit (Gand, Belgique) - Photo : Gilderic

Bruges, entre deux averses, vue depuis le Beffroi.

II y a des villes célèbres, qui attirent les photographes. Mais pas besoin de visiter Paris ou Prague pour photographier de beaux cityscapes. Vous pourrez réussir de belles photos près de chez vous, parfois même sans quitter votre maison.

Une mer de toit (Gand, Belgique) - Photo : Gilderic

Une mer de toits, une photo presque intemporelle prise depuis le Château des Comtes, à Gand.

 Composer

Citadelle de Dinant (Belgique) - Photo : Gilderic

Photographe (composant son cadrage) devant l’exceptionnel panorama de la Citadelle de Dinant, en Belgique.

Vous avez grimpé les 500 marches du beffroi. Vous avez patienté deux heures dans la queue pour pouvoir monter dans la tour. Vous êtes en poste. La ville s’étend à vos pieds. Il faut à présent composer votre cliché.

Panorama de Paris (L'opéra Garnier depuis les Galeries Lafayette) - Photo : Gilderic

L’Opéra Garnier et la Tour Eiffel, photographiés depuis les Galeries Lafayette.

Comme pour un vrai paysage, la composition de vos photos est importante si vous voulez éviter d’avoir des images sans intérêt. Il faut trouver la bonne distance entre plan (trop) large et plan (trop) serré. Vous pouvez appuyer votre cadrage sur un monument reconnaissable (comme la Tour Eiffel à Paris). Ou opter pour l’originalité et mettre en avant un élément insolite.

Gand et la grue - Photo : Gilderic

Cette énorme grue qui envahit cette vue de Gand est comme le symbole du temps qui passe et des travaux qui transforment la ville.

Vous pouvez aussi prendre un peu de recul et inclure un personnage dans le cadre (attention à ce que ça ne devienne pas un portrait si le personnage prend trop d’importance).

La Photographe à la perle (Beffroi de Bruges) - Photo : Gilderic

« La Photographe à la perle » : Dans cette photo de Bruges, prise en haut du Beffroi, le personnage prend le pas sur la ville photographiée

Portrait ou paysage ?

A priori l’horizontalité s’impose pour les paysages urbains, voire les cadres très allongés (16/9, panoramique). Mais pourquoi pas retourner l’appareil en position verticale pour un cadrage original. Ou utiliser un format carré.

Top of the City (Lisbonne) - Photo : Gilderic

Les magnifiques toits de Lisbonne, photographiés en format « portrait ».

La lumière et le temps

Il neige sur Liège - Photo : Gilderic

Il neige sur Liège… Conditions extrêmes d’un soir d’hiver pour une ambiance exceptionnelle dans cette photo prise de chez moi.

Peut-être plus encore que la composition, c’est la lumière qui pourrait faire la différence. Le photographe urbain est confronté aux caprices de la météo : pluie, neige, brouillard, ciel sans nuages, ciel moutonné,… Tout est possible, surtout dans nos régions. Quoi de plus frustrant, après avoir entrepris la périlleuse escalade de la Tour Eiffel, de se retrouver avec un panorama plombé par un ciel pluvieux. Ou à l’inverse de subir un soleil aveuglant et une lumière plate.

Prague Cityscape - Photo : Gilderic

Ciel morose pour ce paysage urbain de Prague en hiver

Tout l’art du cityscape sera de composer avec les conditions climatiques et avec la lumière. De tirer parti de la brume, du smog ou d’un soleil de face. De compenser un ciel gris et triste. De se glisser entre deux averses.

Bruxelles depuis le Mont des Arts - Photo : Gilderic

Un très beau ciel moutonné de nuages au-dessus de Bruxelles, photographiée depuis le Mont des Arts.

Une question d’ambiance

Bratislava dans le smog - Photo : Gilderic

Ambiance bleutée, froide et industrielle, pour cette photo de Bratislava

La prise de vue est terminée. Vous êtes redescendu sur terre. Vous êtes même rentré chez vous et avez déchargé les photos de votre appareil sur votre ordinateur. Le travail n’est pas encore terminé.

En post-production, en éditant vos photos, il est possible de leur apporter une valeur ajoutée. Désaturer les couleurs pour renforcer le charme vieillot de Prague. Ou au contraire saturer les couleurs pour souligner l’énergie et la luminosité de Lisbonne.

Modifier la balance des blancs permet de changer l’ambiance de l’image. Une lumière bleutée donnera un aspect froid (et parfois futuriste ou industriel) à la photo. Pousser le curseur dans l’autre sens réchauffera l’image et pourra lui donner un cachet un peu vintage.

Prague et son château - Photo : Gilderic

Couleurs désaturées pour coller à l’ambiance de Prague…

N’hésitez pas à expérimenter, à chercher, à essayer. Le logiciel de développement Lightroom d’Adobe est fourni avec une série de paramètres prédéfinis et vous permet de créer les votres. Quand vous avez trouvé une série de réglages qui vous plaît, vous pouvez les garder en mémoire pour les appliquer à d’autres photos par la suite.

Lisbonne - Photo : Gilderic

Couleurs saturées (et format carré) pour coller à la luminosité de Lisbonne (Portugal) et donner de la pêche à une photo un peu terne, prise avec un petit compact.

Les photographes débutants pourront se rabattre sur Instagram et ses filtres tout faits. Il existe aussi de nombreuses applications disponibles sur iPad, smartphones et tablettes.

Lisbonne derrière la grille - Photo : Gilderic

Lisbonne photographiée depuis le grillage du l’Elevador Santa Justa, qui offre aux touriste un point de vue imparable sur la vieille ville.

En attendant le prochain épisode, il ne vous reste plus qu’à mettre vos chaussures, prendre votre appareil photo et sortir pour réaliser vos propres cityscapes.

Citadelle de Dinant (Belgique) - Photo : Gilderic

C’est le moment de sortir et d’aller faire des photos… à la Citadelle de Dinant, par exemple.

(+)

4 réflexions au sujet de « Comment photographier la ville ? Episode 2 : Cityscapes »

    1. gilderic Auteur de l’article

      Merci, heureux que ça te plaise.
      C’est surtout une bonne façon pour moi d’explorer mon catalogue photo. D’en ressortir certaines et d’en développer de nouvelles.

      Répondre
  1. Ping : Comment photographier la ville ? Episode 3 : Street photography | Imagier

  2. Ping : Comment photographier la ville ? Episode IV : Architextures | Imagier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s