Wonderwall

Wonderwall (Bulgaria) - Photo : Gilderic

Wonderwall (Bulgaria) – Photo : Gilderic

« Video killed the radio star »

Puis les jeux video tuèrent les stars de l’image. Ou presque.

Mais qui peut vaincre Mario Bros, Pac-Man, Donkey-Kong et les Angry Birds ?

Version alternative :

Wonderwall (format carré) - Bulgarie - Photo : Gilderic

Wonderwall (format carré) – Bulgarie – Photo : Gilderic

Et la bande-son :

(+)

 

4 réflexions au sujet de « Wonderwall »

  1. Pierre

    Super photo.
    Dommage que le reader de wordpress affiche ta video au lieu de tes photos. Surtout que tu as pris soin de la mettre en dernier. ( j’ai failli zapper en me disant : tiens, c’est con, Fred ne fait plus de photos… c’est bizarre, il nous poste des vieux clips de quand j’avais 6 ans…)

    Répondre
    1. gilderic Auteur de l’article

      Merci Pierre. L’Algorithme doit penser que la video prime sur la photo, alors que c’est l’inverse. Si j’avais su, j’aurais fait une croix sur la video.

      Répondre
  2. Chako

    J’aurais envie de dire « big up » à la team Pixar, qui avec son « Wreck it Ralph » prend des stars du jeu vidéo pour en faire les personnages et le décor d’une de leurs meilleures animations.
    Plus sérieusement, même si aujourd’hui Mario et Pikachu sont à intégrer au cheptel des toons qui construisent l’imaginaire culturel des enfants au même titre que Mickey et Bugs Bunny, l’industrie du jeu vidéo a tout de même, après s’être grandement inspiré du cinéma (souvenirs, par exemple, de l’excellent Metal Gear de la PSone, des Tomb Raider, Grand Theft Auto et autres), rendu la monnaie de la pièce, principalement sur le plan de l’immersion du spectateur, pour certains cas sur le traitement de l’image (je pense à l’esthétique Zack Snyder) et sur tout ce qui crée de l’interactivité : certaines expériences cinématographiques ou transmedia jouent sur une participation du spectateur.
    D’ailleurs, aujourd’hui la plupart des blockbusters optent pour le multimédia : les jeux vidéos sur téléphone ou sur console font partie intégrante du merchandising et de l’oeuvre à part entière. Le spectateur se sent plus proche du personnage s’il l’a sur son écran et peut le diriger, exactement comme les nouvelles attractions des parcs à thème qui disent « aujourd’hui la star c’est vous. » Le divertissement d’aujourd’hui passe par l’illusion pour l’individu d’être impliqué dans l’histoire et même de la contrôler. Le jeu vidéo, c’est le « je », valeur fondamentale de la société occidentale actuelle.
    Après, oui, le jeu vidéo a pour le moment inspiré plus de super productions que de films d’auteurs… mais peut-être qu’on y viendra?

    Répondre
    1. gilderic Auteur de l’article

      Je n’ai pas vu « Wreck It Ralph ! ». Pas encore.
      Je n’ai pas l’impression que cinéma et jeux vidéos stimulent le spectateur de la même façon. On est plus dans l’émotionnel au ciné, tout en étant dans un monde fermé. Dans les jeux vidéo, c’est autre chose. On est plus dans l’action que l’émotion. Mais c’est un vaste débat…

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s